Open Source Church — le retour

blog-thumb

Après des mois et des mois de silence, à errer dans les profondeurs de la Moria, Open Source Church est de retour !


La première version d’Open Source Church a porté de beaux fruits, pour lesquels je suis très reconnaissant. On y a appris plein de choses utiles — dont le fait que les dynamiques pionnières et conservatrices cohabitent parfois ensemble aussi bien que nains et elfes1… D’où malheureusement l'arrêt brutal en 2020 et le silence radio depuis plus d’un an

Pour moi, ce fut de longs mois de désert, d’errance…

Heureusement,

« Tous ceux qui errent ne sont point perdus…
Le gel n’atteint pas les racines profondes.

Des cendres, un feu sera attisé.
Une lueur, des ombres surgira… »

Après quelques mois d’errements, quelques mois d’attentes, et quelques mois de planification — Open Source Church est de retour !

Un nouveau départ, mais la même formule qui claque

C’est-à-dire, concrètement: je suis de retour, à plein temps, comme pasteur pour Open Source Church. Pour donner un maximum de liberté, OSC n’est pas rattachée à une paroisse ou une région, mais opère au niveau cantonal. Celà nous donne la possibilité de collaborer partout sur la terre avec tous les gens de bonne volonté (Luc 2:14 ? ^^).

C’est un nouveau départ, mais la vision reste la même: une église en développement, par des geeks, pour des geeks. Vivre l’Évangile au sein de la culture geek, développer une communauté chrétienne passionnée, créative, agile, ouverte et plurielle. Faire de la place aux dons et aux rêves des uns et des autres, faire “avec” plutôt que “pour”… Pas savoir exactement on va, mais savoir avec qui on y va.

Bref, une authentique entreprise missiologique, délicate et organique — pas juste un verni “pour faire cool” sur des pratiques spirituelles “one size fits all”. C’est du moins l’ambition.

Du coup je devrais dire “tenter de développer”, parce que c’est une expérimentation, et qu’il n’y a rien de garanti. L’Église est en pleine mutation dans nos sociétés occidentales — et en grande partie, tant mieux!). On ne sait pas les formes qu’elle prendra demain, quand elle sera peut-être sortie de sa mue institutionnelle et territoriale. Mais voilà, la fidélité au Christ nous appelle à trouver des nouvelles voies pour partager la Bonne Nouvelle à des gens qui disent ne pas en vouloir, alors qu’au fond leur rejet du christianisme est plus à cause du “-isme” que du “christ” — qu’ils ou elles ne connaissent au fond que très peu…

La même formule, mais des nouveaux ingrédients

La team

On change de lieu (puisqu’on en a plus !), on change en partie d’équipe. Des anciens compagnons nous ont quittés — certains pour leur dernier voyage 💔 — d’autres nous ont rejoint. Bien d’autres nous rejoindrons encore, si Dieu veut. Un petit noyau de fidèles à toute épreuve est resté contre vents et marées à mes côtés dans les moments les plus durs — vous êtes ma horde, sans vous je sais pas où je serais aujourd’hui. GG et merci à chacun et chacune.

La horde du contrevent

La horde du contrevent

Des activités

Nouveau contexte + nouvelles personnes = nouvelles activités. Déjà quelques plumes de phœnix émergent petit à petit des cendres, sans qu’on voie encore la bête au complet. Mais on discerne déjà, par exemple:

  • Du jeu sur table: notamment JeudiJeux, une pause jeux de société au milieu de la journée et de la ville (💙 EMLK), les 1e et 3e jeudi du mois entre 12h et 14h. Et des parties de jeu de rôles régulières, one shot pour pouvoir avoir un groupe fluide, et tester des singularités dans le monde du jdr.

  • Cinéglise: des soirées films suivies de discussion pour analyser les propositions philosophiques, théologiques et spirituelles faites par les blockbusters de la popculture qu’on aime tant.

  • Une chaîne twitch qui pointe gentiment le bout de son pif. C’est potentiellement le gros projet. Vous en entendrez parler tantôt.

  • Des activités pour les familles: parce que selon les réglages d’usine, par défaut, tous les enfants sont des geeks — avant qu’on ne les formate pour qu’ils arrêtent de jouer, de rêver et de poser des questions. En ce moment nous avons une formation pour les parents en cours. Mais d’autres choses suivront.

  • De la production de contenus théologique et spirituel autour de la culture geek. On va petit à petit reprendre la publication d’articles, de podcasts, de vidéos, d'outils et ressources libres… Parmi les sujets que j’aimerais approfondir ces prochains temps: Dieu dans Le Hobbit, la technospiritualité (les enjeux de la spiritualité à une époque saturée de technologies), et méthode modulaire et ludique de gouvernance partagée (« holycratie »).

  • Des alliances pour des quêtes ponctuelles: il y a des choses qui bouillonnent dans la marmite avec Détox' la terre, le Dr Nemrod, le Festival 3,2,1… Futur, des paroisses… et plein d’autres encore !

  • Et bien sûr, holygames continue, plus fort que jamais ! Avec un weekend en mars et — soyons fous — une semaine en été.

Le backend

Pour soutenir tout ça, en backend, un vrai appui institutionnel: un comité de pilotage bienveillant, compétent et exigeant. Stratégie, reporting, firewall, tout ce qu’il faut pour que ca tourne, éviter les failles de sécurités importantes, et patcher rapidement les éventuels bugs. Bravo et merci pour le chemin parcouru jusque-là.

Parce que tout ceci ne serait pas possible pareil si mon église, dans sa sagesse séculaire, n’avait pas malgré tout un petit grain de folie pour oser soutenir de tels projets qui sortent du cadre. Merci !

Envie de contribuer?

Une idée, une rêve, une passion, une projet?

Une envie de communauté? De délire et de partages?

Rejoins-nous !


  1. Si seulement quelqu’un nous avait avertis à l’avance (Mt 9:17) :) ↩︎