La Chronique ludique : La Quête Du Bonheur

« Bonjour, je me nomme Kenji, j’ai 17 ans, bientôt la majorité. Le seul parent proche que j’ai en plus de mes parents est cousin Jim. Il adore collectionner les objets de valeurs comme les voitures. Peut-être qu’un jour j’hériterai de sa collection ?

Je me sais né avec un talent. Celui de ne pas me stresser lorsque je dois refaire deux fois la même action de suite. Je maîtrise grave. 

Je fais des petits boulots temporaires pour gagner mon argent de poche. Je viens de jouer au loto pour la 1ère fois de ma vie, on verra bien. J’ai pu commencer à prendre des cours de danse… mais alors là, j’ai vraiment deux pieds gauches ! Mais bon, je vais persévérer. Je suis aussi un joueur compulsif, surtout au casino… au lieu de me contenter de jouer juste une fois, bah, je préfère directement miser deux fois ! J’aime interagir et jouer avec mes ami·e·s. Un de mes rêves du moment est de me constituer une collection de Whiskys… »  

Voilà un exemple d’un résumé du tour de jeu « adolescence » dans La Quête Du Bonheur. Oui, dans LQDB nous allons réaliser notre « vie de rêve » grâce à une mécanique légère, avec des cartes et de multiples choix afin de gagner un maximum de BLT (Bonheur à long terme). Car dans ce jeu, nous allons vivre et mourir sur 8 tours potentiels. Premier tour « adolescence », 4 tours « adulte » et 3 tours « troisième âge ». Comme dans la vraie vie, nous pouvons mourir au 3e âge mais aussi prématurément lorsqu’on accumule trop de stress et d’anxiété (BCT- Bonheur à court terme). 

On peut jouer de 1 à 4 joueurs. Nous ne sommes pas vraiment adversaires, je dirais plus des « compagne·on·s de jeu » ou même « de vie ».

Continuer la lecture de « La Chronique ludique : La Quête Du Bonheur »

Tous les suicidés sont le Christ, toutes les baignoires sont le Graal

Kaamelott, la série culte qui a influencé la vision francophone des mythes arthuriens, et qui nous a promis, plus de dix ans après la diffusion du dernier épisode, un film censé sortir cette année… C’est l’occasion rêvée de revenir dessus, histoire de patienter encore un peu.

Kaamelott, c’est l’histoire du roi Arthur, entre ses chevaliers, sa femme, ses maîtresses, son passé, son peuple, et la quête du Graal. Evoquez Kaamelott et vous obtiendrez immanquablement un « Arthour ! Pas changer assiette pour fromage ! », un « Elle est où la poulette ? », ou encore un plus sobre « C’est pas faux. » Le talent pour la réplique qui fait mouche, Alexandre Astier l’a sans aucun doute, et cet humour à la fois simple et subtil (ainsi qu’une mise en scène très efficace) y est pour beaucoup dans le succès phénoménal qu’a connu et que connaît encore la série.

Ce qui est assez drôle quand on y pense, c’est le rôle finalement très mineur joué par la question religieuse dans une oeuvre somme toute basée sur la quête du Graal, fameux récipient dans lequel aurait été récupéré le sang du Christ.

Continuer la lecture de « Tous les suicidés sont le Christ, toutes les baignoires sont le Graal »